Vulgarisation et/ou Articles scientifiques? Que faut-il lire ? 1/…

Dans l’ensemble des questions que je me pose quand je lis des livres de vulgarisation, que j’écoute des podcasts scientifiques et que je lis des billets de blog, il y en a plusieurs qui reviennent quant à cette forme d’opposition entre vulgarisation et articles scientifiques : que faut-il lire ?

On pourrait se dire qu’il faut déjà bien commencer par quelque chose et que la vulgarisation est un bon point de départ. Et que si l’on veut approfondir une question, il faut aller, une fois un bagage scientifique acquis, regarder la littérature scientifique et des articles parus dans des revues ou journaux.

Tout ceci reste cependant bien théorique selon moi.

Attention à la vulgarisation que vous lisez

Quand je dis « attention à la vulgarisation que vous lisez », ne vous méprenez pas: il est bon de faire de la vulgarisation, et ce podcast n’hésiterait pas si je pensais que la vulgarisation ne pouvait rien apporter. Ce qu’il y a avec la vulgarisation, de mon point de vue, c’est que son but est de simplifier ou d’illustrer de manière assez imagée des concepts pour qu’ils puissent être appréhendés par un public non spécialiste.

Avec la vulgarisation ne vient aucune idée de validité des exemples développés, explicités, simplifiés, etc. On peut autant trouver de la vulgarisation qui soit scientifiquement valide (de ce que j’en sais par mes divers lectures, toujours pareil) comme ce que peut faire Brian Greene que de la vulgarisation de tenants de parapsychologie ou de créationnisme. Cela reste de la vulgarisation après tout, chacune prend seulement certains parti-pris dans sa façon d’aborder les choses.

Rien n’assure donc que n’importe quel ouvrage de vulgarisation soit valide scientifiquement (ce qui me semble le plus important). Et je ne parle pas ici des problèmes qui peuvent apparaître quant aux éventuelles simplifications que l’auteur pourrait apporter pour s’assurer que les grands principes de ce qu’il développe puissent être compris.

Je me suis aussi rendu compte de quelque chose avec la vulgarisation: il peut arriver que des études soient citées, que des sources soient mentionnées, que des statistiques soient assénées. Mais à partir du moment où l’on sait qu’il faut rester attentif à ce que l’on peut lire quand il est question de vulgarisation, comment se positionner par rapport à ces arguments qui seraient utilisées pour justifier telle ou telle position ? L’idée de ces ouvrages est justement de pouvoir se reposer sur le sérieux de l’auteur pour ne pas avoir à faire nous-même le travail de vérification. Travail qu’il serait même, soit impossible à faire par manque de connaissance (c’est bien pour cela que l’on lit de la vulgarisation parfois), soit par manque de temps.

Cela me fait penser à divers ouvrages que j’ai pu lire ou dont j’ai pu entendre parler (dans ce cas là je fais confiance aux auteurs) :

  • J’ai par exemple lu le livre de MIchel de Pracontal : L’imposture scientifique en dix leçons. Avant de le lire je n’en avais lu que du bien, et après l’avoir lu je pensais le même bien de ce livre. Et puis j’ai fait la revue du livre pour le podcast. Pendant ma recherche je suis tombé sur une page internet où Henri Broch  (zététicien/sceptique français) décriait un peu le traitement que faisait Michel de Pracontal de la mémoire de l’eau (sans dire que c’était bien non plus). Son argumentation semblait sérieuse et étayée et j’ai été un peu mal à l’aise : si Henri Broch, dont le peu d’infos que j’avais sur lui me faisait dire qu’il avait été une figure influente du scepticisme, remet en cause le sérieux de Michel de Pracontal, que vaut son livre ? J’ai finalement choisi de ne pas parler de cela. Je ne sais pas si j’ai bien fait ou pas. Toujours est-il qu’en écoutant le podacst Scepticisme Scientifique, j’ai cru comprendre que les positions d’Henri Broch était parfois sujettes à caution. Mais au final, qu’en penser ? Comment est-il possible de se faire un avis arrêté sans faire des recherches détaillées pour savoir ce que vaut vraiment les arguments avancés par les uns ou par les autres ?
  • Lorsque j’ai lu « Denialism: How Irrational Thinking Hinders Scientific Progress, Harms the Planet, and Threatens Our Lives » de Michael Specter la même chose s’est passée : l’ouvrage traite de différents thèmes qui sont sujets au dénialisme : les vaccins, la consommation de lait non-pasteurisé, ou encore les OGM. Pris tel quel, on peut être tout à fait d’accord avec lui : ses arguments sont appuyés sur des chiffres, des études, etc. Mais quand on sait le point de vue de certains américains sur les fromages au lait cru ou autre, la réaction de français seraient alors : « ce sont des américains, et de toute façon ils sont contre ça, donc il doit être partisan et pas si objectif ». Qui a raison, qui a tort? Doit-on faire la revue des diverses études citées ou chercher soi-même si il n’est pas un tantinet partisan dans ses arguments ?

Et donc?

Et l’on arrive au point que je voulais mettre en avant : une fois que l’on se met à lire un peu de vulgarisation et que l’on cherche à avoir une vision un peu critique des choses, on en vient à se dire : ne faudrait-il pas aussi aller voir les papiers et études publiées ?

Le problème avec cela c’est que nous ne sommes pas tous des scientifiques avec une connaissances suffisante pour analyser des études et nous n’avons pas forcément accès aux revues en question. Devons nous quand même tenter de les lire ? Faut-il plus s’en référer aux scientifiques qui peuvent la traduire pour nous ? Ce filtre ne pose-t-il pas de problème quand aux informations contenues dans les études ? Que valent ces études d’ailleurs ? Les protocoles, méthodologies, échantillons, scientifiques, que valent-ils ?

Et quand des études scientifiques sont mentionnés par divers groupes partisans sur divers sujets comme les OGM, les ondes des téléphones portables, etc comment pouvons nous nous faire un avis critique sur des sujets de sociétés ?

Je tenterais d’aborder ces divers points dans les billets suivant. Toujours est-il qu’il faut garder l’esprit ouvert et critique et lire de la science. Souvenez-vous il s’agit d’un bon moyen pour être un bon citoyen !

 

Crédit image : La caverne aux livres de Alexandre Duret-Lutz – crédit : Flickr – CC by SA 2.0 – https://www.flickr.com/photos/gadl/395079578/sizes/l

Publicités

Une réflexion sur “Vulgarisation et/ou Articles scientifiques? Que faut-il lire ? 1/…

  1. Pingback: Vulgarisation et/ou Articles scientifiques? Que faut-il lire ? 2/… | Lisez La Science

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s