LisezLaScience – 2 – La SF sous les feux de la science de Roland Lehoucq

 

 

Il y a deux semaines, nous avons parlé du livre de Brian Greene « La Réalité cachée : Les univers parallèles et les lois du cosmos ». Pour ce nouvel épisode de « LisezLaScience », nous allons rester dans le domaine de la physique mais avec un éclairage un petit peu différent. Nous allons voir comment la science éclaire ce que nous raconte la Science-Fiction.

En effet les auteurs de science-fiction sont parfois perçus comme des visionnaires, à développer des idées qui sont vues aujourd’hui comme farfelues mais qui seront peut-être communes demain. Roland Lehoucq, l’auteur de « La SF sous les feux de la science » fait le point sur ces idées développées par la science-fiction et nous explique tout au long de ce livre ce que la science peut dire à leur propos. Petite review de ce livre extrêmement intéressant !

La SF sous les feux de la science - crédit : goodreads (https://www.goodreads.com/book/show/21479634-la-sf-sous-les-feux-de-la-science)

La SF sous les feux de la science – crédit : goodreads (https://www.goodreads.com/book/show/21479634-la-sf-sous-les-feux-de-la-science)

Sommaire

  • Quelques mots sur Roland Lehoucq
  • Le livre : « La SF sous les feux de la science »
  • Un livre qui n’a rien à voir
  • Un livre que j’aimerais lire
  • Une Quote
  • Plugs et remerciements

Un auteur

Roland Lehoucq est un astrophysicien au Commissariat à l’Énergie Atomique de Saclay et il travaille sur la topologie cosmique (Pour faire simple, et je dois caricaturer, il s’agit de la forme de l’univers : plat, en forme de chips, de sphère, etc) . Agrégé en physique de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm,  il donne notamment des travaux dirigés à l’École Polytechnique dans différents cours comme en physique nucléaire et relativité restreinte.

Il a écrit un certain nombre d’ouvrages de vulgarisation scientifique comme par exemple « Les extraterrestres expliqués à mes enfants » ou « D’où viennent les pouvoirs de Superman ? Physique ordinaire d’un super-héros ». J’en parlerais aussi un peu dans cette revue vue la proximité des sujets abordés.

Parmi la pléthore d’activités qu’il réalise, il est entre autres : chroniqueur à la revue de science-fiction Bifrost, il publie occasionnellement des articles de vulgarisation dans le magazine Pour la Science et il est administrateur de l’Association française d’Astronomie!

Il est donc très impliqué dans la vulgarisation scientifique et cette implication a été maintes fois primée. Notamment par le Prix Jean Perrin de la Société Française de Physique en 2004. On peut retrouver plus de détails sur ses prix et publications sur sa page Wikipédia.

Et franchement, si vous voulez en apprendre un peu plus sur la science et la science-fiction de manière sympa, ses ouvrages sont pour vous ! Pour avoir notamment lu les deux que je citais un peu plus haut, je conseille très fortement ! Mais revenons à notre ouvrage d’aujourd’hui.

Un livre

Avant-propos

Nous allons donc aborder le livre de Roland Lehoucq « La SF sous les feux de la science ». Avant d’entamer le contenu, Claude Ecken qui a écrit la préface, explique que le but de Roland Lehoucq n’est pas de démonter les innovations technologiques fantastiques qui font le sel de la SF. Au contraire, son but est plutôt de montrer les points clés de ces merveilles et d’expliquer où en est aujourd’hui la science et ce que l’on peut dire à leurs propos.

Ce livre n’est donc pas un pamphlet démontant les extravagances des œuvres de SF (parce que si, des fois, il y en a), mais plutôt faire un état des lieux de la science en lien avec elles. Ceci nous permet ainsi de comprendre un peu le chemin qu’il reste à faire si l’on souhaite vraiment arriver à mettre en place certaines de ces technologies.

La revue

Roland Lehoucq aborde dans ce livre les grands classiques de la SF. Et pour que tout le monde comprenne bien ce que l’on entend par SF ici, il s’agit beaucoup de Science Fiction spatiale ou encore technologique mais avec pléthore de références attention. Références que l’on retrouvera d’ailleurs à chaque fin de chapitre. On parlera ainsi de rayon de la mort, de vaisseau spatial, de télé-transportation, champs de force et autres.

Il est vraiment intéressant de voir de quelle manière Roland Lehoucq traite les sujets : quand il en aborde un il va chercher tout d’abord à décrire plus précisément les phénomènes qui peuvent être en jeu, en expliquer les tenants et les aboutissants et enfin donner le point de vue de la science actuelle en présentant ce que cela implique et le chemin qu’il resterait encore à faire pour arriver à réaliser ces miracles. Parce que parfois il s’agit de miracles.

Pour le rayon de la mort, Roland Lehoucq explique par exemple les différentes déclinaisons que l’on retrouve dans la SF : rayon de lumière concentrée (pas si éloigné des lasers finalement), rayon à ultra-sons, etc. avec parfois les tentatives bien réelles qu’il y a pu avoir pour tenter de créer ce genre d’appareil.

Il aborde aussi le cas des champs de force tels qu’on les voit décrit dans les œuvres comme Star Trek par exemple et les différentes possibilités qui existent pour arriver à en créer : champs électromagnétiques, gravité, etc. Star Trek est d’ailleurs une œuvre qui est largement abordée dans ce livre, mais aussi dans un livre plus spécifique écrit par Laurence Krauss nommé « The Physics of Star Trek ». Loin d’être inintéressant, ce dernier, après tout un passage qui aborde effectivement la série et ses films, se perd un peu, selon moi, à être plus général. Comme si finalement il n’y avait pas assez de choses à dire et qu’il fallait en rajouter ou condenser ce qui aurait pu former deux livres indépendants en un seul. Étant un trekkie moi-même, j’aurais pu préféré le livre spécifique sur Star Trek, mais finalement moi que celui dont nous parlons aujourd’hui.

Les problématiques des matériaux nécessaires pour arriver à construire toutes ces fantastiques machines sont aussi abordées : comment créer de l’anti-gravité, comment créer des matériaux plus résistants que le diamant, comment devenir invisible, comment ranimer un étoile mourrante ou comment créer des armes à base de matériaux inconnus et très destructeurs. Pléthore de questions à laquelle la SF répond avec maintes innovations techniques et pour laquelle la science est capable de raconter certaines histoires permettant de comprendre le décalage avec la réalité.

A côté de la télé-transportation ou de la réalité des morts effroyables que l’on subirait (ou pas) dans le vide si on ouvrait grand un hublot de bon matin (vous savez, comme quand vous voulez aérer la navette parce que Dimitri ne se lave pas les dents), Roland Lehoucq aborde des sujets moins futuristes mais tout aussi catastrophiques ou inquiétants. On peut citer pêle-mêle : les catastrophes de fin du monde (comme celle mise en avant dans le film 2012) ou encore les vampires qui sont prêts à sucer le sang de nous autres pauvres humains chétifs et insignifiants.

Outre les fantasmes sur les dates potentielles pour les fins du monde pour le premier point (on peut d’ailleurs citer un superbe épisode de podcastscience sur le sujet que je conseille fortement sur la question), on peut aussi mentionner un certain nombre de maladies réelles pour expliquer le mythe du vampire et ses différentes facettes : réaction excessive de la lumière, bestioles suceuses de sang ou encore crainte de l’ail. On peut d’ailleurs aussi citer un épisode de podcascience sur le mythe du vampire et les différentes sources historiques pouvant l’expliquer.

En conclusion

Avec « La SF sous les feux de la science », Roland Lehoucq arrive, de manière très sympathique et agréable à lire, à nous raconter les grands thèmes de la SF et les réalités de la science d’aujourd’hui les concernant, sans les détruire ou chercher à en faire une critique négative. Bien au contraire, on découvre les principes physiques qui pourraient être à l’origine de certains et on comprend ce qu’il faudrait à des ingénieurs et des chercheurs fous pour finalement arriver à les réaliser.

Dans cette revue je n’ai pas pu parler de tous les sujets que Roland Lehoucq aborde dans son livre, mais il y a encore plein de choses passionnantes à découvrir et qui montre aussi que la SF, loin d’être une source d’inconsistances et de déclarations fallacieuses est une source inépuisable d’innovations créatives. Par exemple : il existe une légende urbaine qui voudrait que le concept de téléphone portable ait été popularisé par les communicateurs de Star Trek. Autre exemple : la NASA aurait repris il y a quelques années l’idée d’un ascenseur spatial comme le décrivait Arthur C. Clarke dans « Les Fontaines du Paradis ».

Bon nombre d’auteurs de SF ont d’ailleurs été présentés comme des « prescients » capables de prévoir ce que serait les inventions et les sociétés du futur. Mais comme je l’expliquais dans l’épisode précédent, nous ne pouvons pas réellement savoir quelles seront les innovations technologiques dans 50 ou 100 ans, et notre imagination peut être totalement fausse, ou bien fantastiquement réaliste.

D’ailleurs, si vous vous en savoir un peu plus sur la SF et le lien avec la science, podcastscience a réalisé, avec Johnathan de Voyagecast deux épisodes sur la question qui sont vraiment un bon complément à ce livre (le second était réalisé avec Marie, @holihologram sur twitter).

Un livre qui n’a rien à voir

2001 L'odysée de l'espace - crédit goodreads (https://d202m5krfqbpi5.cloudfront.net/books/1342983079l/1453765.jpg)

2001 L’odysée de l’espace – crédit goodreads (https://d202m5krfqbpi5.cloudfront.net/books/1342983079l/1453765.jpg)

Un livre qui n’a rien à voir, mais aussi un film qui n’a rien à voir, avec le livre. Enfin si, mais bon, les avis divergent. Il s’agit de “2001, L’odyssée de l’espace”. Premier tome d’une quadrilogie écrite part Arthur C. Clarke, un génial écrivain de SF du siècle passé, ce livre raconte l’histoire de l’humanité. Une humanité dont l’évolution a été accompagnée par le monolithe qui était là pour nous faire avancer lors des moments décisifs. Je dis que le livre n’a rien à voir non plus avec le film, c’est un peu exagéré. Le film est bon, mais le livre étant dense, et comme c’était Stanley Kubrick derrière la caméra, il y a des choses qui sont parfois mises de coté et qui sont du domaine de sous-entendu. C’est un livre que j’ai beaucoup apprécié tout comme le film d’ailleurs. Plus que les suivants. Et je ne vous parle pas du film “2010: L’odysse deux” avec Rob Schneider. Vraiment inférieur au premier. Bon, Stanley Kubrick n’est pas derrière la caméra, ceci explique sans doute cela.

En tout cas, si vous vous intéressé à ce premier livre, lisez-le. Puis regardez le film. Vous vous ferez votre idée et vous apprécierez d’une part les talents d’écrivains d’Arthur C. Clarke et d’autre part les choix stylistiques de Stanley Kubrick!

Un livre que j’aimerais lire

En cherchant Majorana - crédit goodreads (https://d202m5krfqbpi5.cloudfront.net/books/1383554165l/18751716.jpg)

En cherchant Majorana – crédit goodreads (https://d202m5krfqbpi5.cloudfront.net/books/1383554165l/18751716.jpg)

Si je devais donner cette semaine un livre que j’aimerais lire, je pense que je partirais vers « En cherchant Majorana » d’Étienne Klein. J’ai lu récemment le très bon livre écrit par Éric Simon « Soixante Nanosecondes ». Il faudrait d’ailleurs vraiment que je fasse une revue de ce livre un jour. Monsieur Simon, si vous m’entendez, dites-moi quand vous êtes dispo que nous en parlions ! Dans ce livre, Éric Simon relate en partie l’histoire mystérieuse de Majorana, ce génie italien du début du siècle précédent qui disparu sans vraiment laisser de trace. Quand on finit « Soixante Nanosecondes », l’intérêt pour Majorana a été aiguillonné. On est attiré vers ce personnage étonnant et incroyable et cela m’a donné envie d’en savoir plus sur lui, sur son travail, sur ce mystère qui l’entoure. Et donc de lire le livre qu’Étienne Klein lui a consacré.

Quote

How inappropriate to call this planet « Earth, » when it is clearly « Ocean”.

Arthur C. Clarke

Plugs et liens évoqués

  • Je voudrais remercier ces messieurs de podcastscience pour le plug à propos de ce podcast et aussi pour le passage du premier épisode comme Hors-Série au sein de leur flux! Podcastscience est selon moi un exemple pour la podcastosphère scientifique. Ce podcast est né grâce à l’impulsion donnée par NicoTupe et certaines rubriques sont un peu beaucoup piquées à Podcastscience (comme celle-ci ou comme la quote par exemple)
  • Page Wikipédia de Roland Lehoucq
  • Podcast science 142 – Science et Fiction, aux frontières des deux mondes
  • Podcast Science 170 – Littérature d’anticipation, le retour de la SF
  • Podcast science 113 – Don’t panic!
  • Podcast science 64 – Les maladies expliquant le mythe du vampire
  • Je voudrais aussi remercier ceux qui nous suivent sur twitter et qui m’ont encouragé depuis le lancement de ce podcast :
    • Alan, Nico, David et toute l’équipe de podcastscience pour l’inspiration et le soutien ! Ainsi bien sûr que tous les compagnons de chatroom qui sont déjà abonnés au flux.
    • Xavier Durussel le community manager de podcastsuisse pour la pub
    • Josée Nadia pour son amour des livres de science !
    • Swoog pour ses conseils techniques et Samuel Golly pour ses retours très intéressants!
    • Blast pour son expertise audio impressionnante et que vous pouvez retrouver sur un podcast dédié aux fondus d’audionumérique : http://lessondiers.knarfworld.net
    • Tout les twittos qui suivent le compte twitter. Je ne les citerais pas tous, si je ne vous cite pas, venez me le dire, je le ferais avec plaisir lors du prochain épisode ! Panurgence, Guillaume Frasca, Jérémy Roggy, Synops, Martial de montmollin, Christian Jambroers, Johanne Lebel, Arthur Charpentier, Thomas Chevet, Rose Recherche, Implo, Mael Thep, Marc Robinson Rechavi, Zaftani, le grand puyo, Eljj, Johnathan de Voyagecast, Eric Simon, Mr Pourquoi, Pascal Metz, etc
    • Et aussi les membres de podCloud et podcastfrance sans qui il n’y aurait pas de flux et la logistique serait beaucoup plus compliquée !

Conclusion

Que vous ayez aimé ou pas, surtout, ne restez pas les bras croisés. Inondez-nous de courrier, de commentaires, de like – ou pas – de tweets, de retweets, de clin d’oeils, de serviettes en papier, je n’en ai plus à la maison, ou l’oeuvre complète de Jean-Paul Delahaye si jamais elle ne vous sert qu’à caler des tables et des guéridons.

Vous pouvez ainsi retrouver LisezLaScience sur son site web https://lisezlascience.wordpress.com Vous pouvez aussi me contacter sur twitter sur @LisezLaScience et le podcast est accessible depuis peu sur podcastfrance (http://podcastfrance.fr/podcast-lisez-la-science).

Vous pouvez aussi m’envoyer des e-mails à lisezlascience@gmail.com

Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’ensemble des livres cités sur la liste goodreads associée à ce podcast sur le compte de LisezLaScience. Les livres seront placés sur des “étagères” spécifiques par épisode et pour celui-ci l’étagère est « lls-2 ».

Prochain épisode

On se retrouve le 26/05/2014 pour un nouvel épisode sur « L’Univers des nombres : De l’Antiquité à Internet ». D’ici là bonne quinzaine à toutes et à tous.

Les références des livres évoqués

  • La SF sous les feux de la science
    • ISBN : 274650619X (ISBN13 : 9782746506190)
    • Auteur : Roland Lehoucq, Préface : Claude Ecken
    • Nombre de pages : 240
    • Date de parution : 20/09/2012 chez Le Pommier
    • Prix : 20 € et constaté à 19 € chez Amazon et la Fnac
  • The Physics of Star Trek
    • ISBN : 0465002048 (ISBN13 : 9780465002047)
    • Auteur : Lawrence M. Krauss
    • Nombre de pages : 280
    • Date de parution : 19/06/2007 chez Basic Books
    • Prix : 10,66 € chez Amazon
  • Les Fontaines du Paradis
    • ISBN : 2070317587 (ISBN13 : 9782070317585)
    • Auteur : Isaac Asimov, Traduction : Georges H.  Gallet
    • Nombre de pages : 480
    • Date de parution : 01/12/2005 chez Folio
    • Prix : 8,90 € et constaté à 8,46 € chez Amazon et la Fnac
  • Les extraterrestres expliqués à mes enfants
    • ISBN : 2021035352 (ISBN13 : 9782021035353)
    • Auteur : Roland Lehoucq
    • Nombre de pages : 112
    • Date de parution : 12/01/2012 chez Seuil
    • Prix : 8,10 € et constaté à 7,70 € chez Amazon et la Fnac
  • D’où viennent les pouvoirs de Superman ? Physique ordinaire d’un super-héros
    • ISBN : 2868836712 (ISBN13 : 9782868836717)
    • Auteur : Roland Lehoucq
    • Nombre de pages : 141
    • Date de parution : 15/09/2003 chez EDP Sciences
    • Prix : 16,00 € et constaté à 15,20 € chez Amazon et la Fnac
  • En cherchant Majorana d’Étienne Klein
    • ISBN : 2849902594 (ISBN13 : 9782849902592)
    • Auteur : Étienne Klein
    • Nombre de pages : 170
    • Date de parution : 26/09/2013 chez Des Équateurs
    • Prix : 17,00 € et constaté à 16,15 € chez Amazon et la Fnac
  • Soixante Nanosecondes
  • 2001: L’odyssée de l’espace
    • ISBN : 2290308145 (ISBN13 : 9782290308141)
    • Auteur : Arthur C. Clarke, Traduction : Michel Demuth
    • Nombre de pages : 191
    • Date de parution : 25/04/2001 chez J’ai Lu
    • Prix : 4,00 € et constaté à 3,80 € chez Amazon

Vous pouvez retrouver la liste des livres dans goodreads à l’adresse suivante : https://www.goodreads.com/review/list/30797714-lisezlascience?shelf=lls-2

Publicités

Une réflexion sur “LisezLaScience – 2 – La SF sous les feux de la science de Roland Lehoucq

  1. Pingback: Roland Lehoucq | Lisez La Science

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s